Mincoin.com Le Rendez-Vous des Fans de la Cote d'Opale
Accueil> Moules, frites et tradition !

Mieux connaître la moule pour mieux l'apprécier !

La pêche (cueillette) de la moule sur la côte d'Opale : moules, frites et tradition !

Guide pratique de la pêche aux moules

La pêche aux moules

Cette page comporte de larges extraits d’un dossier de LA VOIX DU NORD : " Cet été, on va aux moules "
Dossier réalisé par Mathieu Botte et Frédéric Folliot.

LA VOIX DU NORD
m’accompagne depuis mon enfance et je lui dois sans doute une grande partie de mon attachement au Nord-Pas-De-CALAIS.

Grappe de moulesEt si cet été on allait cueillir son repas dans les rochers, à marée basse ?
On pêche les moules sur de nombreux sites de la Côte d’Opale.
« Les plus belles sont sous les rochers, il ne faut pas avoir peur de se baisser », nous conseille Chislaine, au cap Gris-Nez.
En quiche, au pastis, etc. : les recettes de moules foisonnent.

La moule filtre l’eau et se nourrit d’algues planctoniques qu’elle capte dans ses branchies. Elle filtre entre 0,5 et 5l d’eau de mer par heure. Avant d’être découverte lors de la basse marée, elle emplit sa coquille d’eau et se referme. Elle reprend son activité de filtre qu’une fois la mer remontée.

Il est fortement déconseillé de les consommer crues, si on veut éviter les ennuis gastriques. Les bactéries, vers mytilicoles ou petits crabes s’y installent parfois. Le risque est d’ailleurs plus important en été.

L’homme n’est pas seul à être friand de ce « bivalve lamellibranche » : les goélands, les étoiles de mer, les crabes, sont autant de prédateurs qui se nourrissent de moules.

Le byssus permet à la moule de se fixer sur les rochers ou sur les pieux et cordes des mytiliculteurs.

Pour la cueillette des moules, les bottes ou des sandalettes en plastique sont de rigueur. Les gants permettent également de se prémunir des coupures occasionnées par les balanes (carapaces rugueuses collées à la moule). Surtout garder un œil sur la remontée de la mer. Ne restez pas prisonnier des eaux sur un rocher. Il est d’ailleurs conseillé de s’habiller avec des couleurs vives pour être facilement repéré.

Le ciel est bleu, la brise matinale d’août est rafraîchissante et gorgée d’iode. Au cap Gris-Nez, à 10 h, le parking de la plage est bondé. La mer est retirée. Mais personne sur le sable ou dans l’eau. C’est dans les rochers qu’on aperçoit tout un petit monde courbant l’échine à la recherche des fameux coquillages qui constitueront le prochain repas : les moules.

« On ne voit que les fesses »

Ce vendredi de gros coefficient, la mer s’est suffisamment retirée pour laisser poindre certains rochers d’habitude immergés. Parmi les cueilleurs (ou les pêcheurs), Chislaine est une habituée. Elle habite le cap Gris-Nez une bonne partie de l’année et ne rate pas un de ces « gros coeff.’ ». Ce matin, elle est venue avec des amis, Marie-Paule et Jean-Marie. Tous les trois cherchent les coins les plus intéressants : « Les plus belles sont sous les rochers, il ne faut pas avoir peur de se baisser, un bon pêcheur de moules, on ne voit que ses fesses », plaisante Ghislaine.

La pêche aux moules est aussi un bon prétexte à la balade en famille, au bien de soleil utile. « Quand quelqu’un vient à la maison, c’est une bonne sortie, les gens adorent ça », glisse Ghislaine. Non loin du trio, une grand-mère s’attelle à la cueillette en gardant un œil sur la petite famille : « On est venu en nombre, on est des pêcheurs du dimanche, mais aujourd’hui on est venu avec les enfants, et les petits-enfants et les beaux-fils.  » Les enfants, même s’ils assimilent rapidement cette activité au travail forcé, ne s’ennuient pas. Les rochers regorgent de trésors. La chasse aux crabes, aux étoiles de mer les passionne finalement bien plus.

Une heure, un litre.
Chacun dans son coin remplit son seau en surveillant la montée de l’eau. « En général, il faut une heure pour pêcher un bon litre, indique Ghislaine ».

La mer remonte, les pêcheurs aussi. Ghislaine, Marie-Paule et Jean-Marie s’attardent un peu plus : « Quand il fait beau comme aujourd’hui, on nettoie les moules sur place. On se trouve un petit coin sur la place avec un peu d’eau. Je les remonte toutes propres parce que j’ai horreur de les nettoyer une par une à la cuisine. En plus de ça, on donne à manger aux petits poissons, crabes et crevettes qui viennent à nos pieds. » Ghislaine à une technique de nettoyage redoutable. Le pied dans le seau, elle foule sa pêche du matin avec une adresse qui ne passe pas inaperçue : « Il y a beaucoup de touristes qui m’ont prise en photo en train de faire ça. » Le résultat est parfait, prêt pour la cuisson.

La quiche de moules.
« Quand on ne mange que ça, il faut compter un litre par personne », estime Jean-Marie. Pour cette fois, ce n’est pas à la marinière qu’ils mangeront leur pêche. Marie-Paule ajoute : « On a de beaux céleris dans le jardin, on va se régaler. » Les possibilités culinaires ne manquent pas.

Chacun a ses préférences. « La quiche aux moules, c’est bon aussi », salive Marie-Paule. Son amie, elle, attend le mois de septembre : « Ce sont les meilleures à ce moment là. Je ne cueille que les plus grosses et je les farcis au beurre d’escargot. »

Après deux heures passées les pieds dans l’eau, sous le soleil, entre amis, sur l’un des plus beaux littoraux français, Ghislaine, Marie-Paule et Jean-Marie traversent le parking, qui s’est vidé. Le pas est moins alerte qu’à l’aller : « C’est normal, conclut Ghislaine, après une bonne pêche, on est moulu » !

OÙ ET COMMENT LES CUEILLIR  ?
Photo d'une grappe de moules

Les moules se fixent aux rochers. Inutile donc de les chercher ailleurs que sur les estrans rocheux. Dans la région, les spécialistes se gardent bien de divulguer les lieux les plus intéressants.

Sites autorisés :
Le Portel.
Audinghen (cap Gris-Nez)
Audresselles.
Ambleteuse.
Wimereux.
Equihen.

La pêche à pied y est réglementée.
Certains sites comme Sangatte sont d’ailleurs fermés au public. La pêche à Ambleteuse n’est autorisée qu’aux coefficients supérieurs à 80. Le gisement de la Pointe aux oies à Wimereux, et certains d’Equihen sont également fermés.

Quelles sont les règles à respecter ?
L’arrêté préfectoral du Pas-de-Calais du 26 septembre 2000 indique que la pêche de loisir n’est autorisée que sur les gisements ouverts et classés A ou B du point de vue de la qualité sanitaire des eaux aux conchylicoles et dans la limite de 5 litres par personne et par jour.
La pêche est interdite sur tous les autres bancs naturels et gisements.
La cueillette n’est autorisée qu’entre le lever et le coucher du soleil.
Les moules dont la taille est inférieure à 4 cm doivent être laissées à l’eau.
Le matériel autorisé pour la cueillette : la « cuillère » (sorte de couteau) et la griffe à dents, plus spécifique.
Les moules doivent être dégrappées et triées sur place.

L'utilisation des photos de mincoin.com est réservée pour un usage strictement personnel sur tout type de support média :
écran d'ordinateur, papier, téléphone portable... à l'exception d'une diffusion publique (site web, magazine, affiches)
L'utilisation publique ou commerciale est soumise à conditions, n'hésitez pas à contacter le webmaster.
Pour toute utilisation frauduleuse vous vous exposez à des poursuites judiciaires.

Tous Droits Réservés 2002-2018      CNIL sous le n°: 818001
var _gaq = _gaq || []; _gaq.push(['_setAccount', 'UA-356118-2']); _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();